POILS PLUMES.png

LE SANGLIER à PLUMES !

Sur les trente dernières années, 
le monde cynégétique a utilisé les grands moyens pour
faire baisser le cheptel Européen de la Bécasse des bois.

 

En voici la liste qui n’est pas exhaustive  :

 Philippe  Vignac                                                                       AVRIL 2022

Chasseur, Chercheur, Bécasse des bois.

  • Pression et techniques de chasse toujours plus meurtrières, notamment en groupes.

  • Augmentation constante du pourcentage des prélèvements sur le cheptel Européen.

  • Prélèvements abusifs lors des concentrations (vagues de froid, sécheresses).

  • Tir des Bécasses pendant leur période de reproduction.

  • Pratique toujours effective de la passée et de la croule matin et soir.

  • Chiens beaucoup plus performants dans toutes les races.

  • Généralisation de l’usage du Beeper.

  • Utilisation de la Géo Localisation pour les chiens d’arrêt.

  • Armes parfaitement adaptées. Fusils bécassiers, canons rayés.

  • Munitions à l’efficacité redoutable.

  • Véhicules 4x4 pénétrant totalement les bois.

  • Battues gros gibier, source de renseignements sur les dernières remises refuge.

  • Progrès météo, permettant de sortir à coup sûr.

  • Pas ou peu de contrôles réalisés par la garderie.

  • Forte augmentation du tourisme cynégétique dans les pays d'hivernage, de transit et reproduction.

  • Hausse du nombre de chasseurs dans les pays de l’Est et dans les pays de reproduction.

  • Reportages type SEASONS, qui font du prosélytisme Bécasse auprès de milliers de téléspectateurs, etc, etc... Sans oublier les pollutions, les destructions des biotopes favorables à la reproduction et à l'hivernage, la diminution de sa nourriture principale (vers de terre).

     

Rien n’y fait ! Les Indices cynégétiques d'Abondance (ICA) des clubs se disant spécialisés, battent records sur records, avec pour certains des valeurs en augmentation de 70 % en vingt ans !

Or, c'est à partir des valeurs de cet indice et de celles de l'Indice d'Abondance Nocturne (IAN), elles aussi en hausse, que des « experts » du monde cynégétique décrètent que la Bécasse des bois est en bonne santé avec des effectifs stables. Pourquoi cette contradiction ? S' ils sont si sûrs d'eux et des valeurs de leurs indicateurs sur l'abondance , qu'ils nous disent :  « L'espèce prolifère ».

 

En attendant, dans le doute, chasseurs poursuivons nos efforts. Tuons des Bécasses, augmentons nos prélèvements, remplissons nos carnets. Il faut éviter à tout prix qu’un jour, face à la diminution des vers de terre, un illuminé déclare : «   Les Bécasses en sont les principales responsables. Elles doivent être classées  ESPECE NUISIBLE comme le SANGLIER » !

 

Ce jour là, la belle Bécasse sera baptisée LE SANGLIER à PLUMES. 

 

Au point où nous en sommes, comment traiter autrement que par la dérision, le déni total avec lequel des « sachants » refusent la réalité sur l'état de conservation de la Bécasse des bois Européenne ? Ils ne méritent pas mieux.